Comment guider une personne déficiente visuelle ?

Découvrez quelles sont les méthodes pour guider une personne déficiente visuelle.

Transcription

Sophie MILLET, instructrice de locomotion

La technique de guide permet à une personne en situation de déficience visuelle de se déplacer en confort et en sécurité grâce à un guide. Elle repose sur des codes corporels qui permettent de limiter les explications orales.  

Christian LAINÉ, non-voyant

Des fois, je peux être plus ou moins stressé, selon l’endroit où je suis donc c’est bien que la personne voyante nous rassure en nous expliquant ce qu’il nous entoure et en faisant les bons gestes. Une personne qui connait la technique de guide, va m’apporter une meilleure confiance dans mes déplacements puisque grâce aux différents codes qu’il y a dans ces techniques je vais pouvoir mieux appréhender mes déplacements et je serai rassuré.

Sophie MILLET

La technique de guide, elle repose sur une position précise où la personne qui guide est placée devant et la personne qui est guidée est placée derrière. La personne qui est guide tient le guide au niveau de son bras et le tient un peu plus haut que la hauteur du coude. Ça permet qui est un écart entre la personne guidée et le guide qui correspond à un pas.
On dispose de 3 codes pour avertir la personne déficiente  visuelle des situations rencontrées: le ralentissement, l’arrêt et le bras dans le dos.

Le ralentissement va nous permettre de mettre la personne en vigilance, en éveille, on ralentit parce qu’il va se passer quelque chose mais ça peut être un changement de direction, un denivelé , une pente ou un changement de texture par exemple.
Le deuxième code c’est l’arrêt, c’est pour prévenir d’un escalier, d’une marche ou d’un trottoir, la personne qui guide s’arrête au ras de la première marche. La personne qui guide s’arrête au ras de la première marche, la personne qui est guidée est à un pas derrière elle, elle aura un pas à faire avant de franchir l’escalier : de le monter ou le descendre. On monte au même rythme, toujours avec un pas de décalage. A l’arrivée la personne qui guide marque de nouveau un arrêt pour délimiter la fin de l’escalier, et la personne qui est guidée termine son escalier et la rejoint.
Le troisième code c’est le bras dans le dos, on l’utilise quand il y a un passage étroit, à ce moment-là le guide met son bras dans son dos et la personne qui est guidée sait qu’elle doit se placer derrière elle.
Si on doit négocier des situations particulières, à ce moment-là, je vais proposer à la personne de venir à ma hauteur, pour cela je vais avancer mon bras et ensemble on franchira l’obstacle. On peut aussi rencontrer d’autres situations particulières comme par exemple quand je veux montrer à la personne où elle peut s’assoir si je veux lui proposer un siège. A ce moment-là, de la manière, je vais lui proposer de se mettre à ma hauteur et puis ensuite je mettrai ma main en lui précisant la partie que je touche avec ma main, si c’est l’assise le dossier. Si c’est par exemple pour lui proposer de monter dans une voiture, je peux mettre la main sur la poignée de la voiture, c’est assez simple il suffit que la personne glisse le long de mon bras pour venir trouver ce que je veux lui proposer. 

Christian LAINÉ

Le fait que la personne puisse me guider grâce à cette technique va m’apporter une meilleure sécurité dans mes déplacements.

Sophie MILLET

Grâce à la technique de guide, on va vraiment pouvoir être dans la relation, dans l’échange avec la personne puisqu’on a plus à décrire ce qu’il se passe autour de soi.