Lancement de la deuxième Étude sur l'usage des lecteurs d'écran et des logiciels basse vision en France et en Francophonie

La Fédération des Aveugles et Amblyopes de France et son partenaire Access42 ont décidé de lancer une nouvelle édition de l'étude sur l'usage des lecteurs d'écran en France et en Francophonie.

Les objectifs 

La première version de l'étude a obtenu des résultats très satisfaisants et encourageants : un accueil positif reçu de la part d'acteurs du Handicap, d'utilisateurs déficients visuels et de plusieurs médias.  

Forte de ces succès et avec le souhait de pouvoir comparer les résultats obtenus dans le temps, l'édition 2017 se fixe les objectifs suivants : collecter des informations sur les équipements, les environnements techniques et les usages des personnes aveugles et malvoyantes sur Internet, servir de base statistique fiable pour les acteurs du Handicap et de l'accessibilité numérique dans le monde francophone et permettre d'offrir les résultats et les données de ces travaux au plus grand nombre grâce à une "Licence Ouverte" (Open Data). 

Les + de l'édition 2017 : 

Un important volet sera consacré aux outils et usages des personnes malvoyantes sur Internet, généralement méconnus et peu étudiés. Il viendra enrichir la synthèse générale avec de nouvelles données.

Cette nouvelle édition se veut également plus ambitieuse avec la volonté de développer un véritable réseau francophone à l’international (Belgique, Luxembourg, Québec et Suisse) afin d'assurer à l'étude une diffusion et un suivi plus important dans ces pays partenaires.

Conditions de participation 

Tous les utilisateurs de lecteurs d'écran et de technologies dites "basse vision", même ceux qui les utilisent uniquement à des fins d'évaluation et de tests, sont invités à participer à cette étude.

Aucune information personnelle ne sera demandée ou enregistrée.

Plateforme pour participer 

Pour effectuer cet important recueil d'informations en France et en francophonie, deux questionnaires accessibles sont mis à disposition du 1er juin au 30 septembre 2017. 

Pour accéder au questionnaire le plus adapté à votre profil, merci d'utiliser l'un des deux liens suivants :

Principaux résultats de la première étude : 

Voici quelques résultats de la première étude diffusée le 1er juin 2016 :

  • La première étude a réuni plus de 500 répondants.
  • A la suite de sa diffusion, l'État français a rapidement utilisé et exploité certaines données pour mettre à jour la base de référence technique de son RGAA.
  • 88% des répondants vivent en France.
  • 72% des personnes interrogées compense la cécité par les lecteurs d'écran.
  • 43% des répondants déclarent posséder une compétence intermédiaire dans l'utilisation de leur lecteur d'écran et 46% une compétence avancée.
  • 46% des personnes qui utilisent un lecteur d'écran déclarent être dans l'emploi (plein temps et temps partiel). Parmi elles, 46% déclarent avoir un niveau avancé à la fois dans la maîtrise de leur lecteur d'écran ET aussi d'Internet.
  • Le lecteur d'écran JAWS est majoritairement utilisé aujourd'hui (49.2%) en France et en francophonie. Suivent NVDA (21.5%) et VoiceOver (16.8%).
  • Pour les répondants qui déclarent compenser la cécité avec leur lecteur d'écran, 60,09% utilisent JAWS contre 25% pour ceux qui déclarent compenser la basse vision.
  • 25% déclarent avoir téléchargé leur lecteur d’écran librement et gratuitement sur Internet. 13,75% d’entre eux déclarent que leur lecteur d’écran a été financé par de l'argent public (MDPH...) alors que 18,33% disent l’avoir acheté.
  • Le navigateur Internet Explorer (toutes versions confondues) est utilisé par 45,6% des répondants et représente donc le navigateur le plus communément utilisé en France et en francophonie par les répondants.
  • Près de 80% des répondants déclarent utiliser un lecteur d'écran dans un contexte mobile, 65,47% d'entre eux déclarent, en outre, utiliser les solutions Apple (iPhone, iPad, iPod Touch).
  • Fort logiquement, les lecteurs d’écran VoiceOver et Talkback pour Android sont majoritairement utilisés (66,76% d’usage pour le premier et 20,48% pour le second).
  • 42.86% des répondants pensent que l'accessibilité Web n'a pas évolué au cours de l'année passée.
  • 38.01% des répondants estiment que la principale cause expliquant que de nombreux développeurs ne créent pas de sites web accessibles est le manque de sensibilisation à cette thématique.

Cette étude est organisée par la Fédération des Aveugles de France et son partenaire Access42 avec le précieux concours des organisations francophones suivantes que nous tenons vivement à remercier pour leur aide et soutien : Access For All (Suisse), AnySurfer (Belgique), Desjardins (Québec), Fédération Suisse des Aveugles et des malvoyants FSA, Gravelet Multimédia (Québec), Ligue Braille (Belgique), Œuvre Nationale des Aveugles (Belgique), Telono (Suisse), Union Centrale suisse pour le Bien des Aveugles UCBA, Regroupement des Aveugles et Amblyopes du Québec, Renow (Luxembourg) et Julien Conti (Suisse).