Comment accueillir les aveugles et malvoyants à l’hôpital

Type
Une actualité de la Fédération

«  Se présenter en entrant dans une pièce, effleurer la main avant de la serrer, décrire la position des aliments sur le plateau-repas ». Voici quelques conseils que les personnes aveugles ou malvoyantes ont donnés à la filière SENSGENE lors d’ateliers de discussion organisés avec eux. Le but de ces rencontres ? Créer une vidéo pour sensibiliser le personnel hospitalier à l’accueil des personnes déficientes visuelles.

Teddy a une trentaine d’années et il vient de faire un séjour prolongé à l’hôpital.

C’est la faute de mon chien, il m’a fait tomber

rigole-t-il tout en caressant celui-ci avec amour. Pourtant, ce séjour n’a pas toujours été drôle pour Teddy. Orientation du plateau repas, obstacles, rangement de ses affaires autant de problèmes auxquels il a été confronté.

Un jour, je suis rentré dans ma chambre et comme je ne retrouvais pas mon sac, j’ai pensé que je n’étais pas au bon endroit. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre que c’était bien ma chambre.

L’expérience de Teddy n’est pas un cas isolé. Lors des 5 « focus groupes »  organisé par la filière SENSGENE, de nombreux témoignages similaires ont été exprimés. C’est d’ailleurs à partir de ce type de retours d’expérience que la filière a décidé, en 2018, de lancer un projet de vidéo pour sensibiliser les professionnels de santé à l’accueil des personnes déficientes visuelles en milieu hospitalier.

Peu confrontés à ces patients, le personnel médical est en effet souvent mal à l’aise. Grâce à un support vidéo court et accessible en continu, ils pourront désormais être informés en 2 minutes 30. Ils pourront même choisir de se former spécifiquement sur l’accueil, la consultation ou l’hospitalisation.

Pour ce projet, SENSGENE a tenu à s’entourer d’autres professionnels du handicap et de la malvoyance. Ainsi, la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France et la Fédération des Aveugles Alsace Lorraine Grand-Est ont activement collaboré à la création de la vidéo produite par le studio de création Dowino avec le soutien financier de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). En outre, pour s’assurer de son impact, une évaluation auprès d’un échantillon de personnel médical a été effectuée avant la diffusion et sera renouvelée après que ces personnes auront visionné le film.

Transcription

Tous les jours, dans le cadre de notre travail, nous pouvons être amenés à accueillir des personnes déficientes visuelles. Leur Handicap peuvent être invisible et leurs troubles de la vision peuvent être très variés : vision périphérique, vision centrale, besoin de lumière, photophobie, vision trouble. Bien accueillir ces personnes en milieu hospitalier passe par quelques gestes simples, par quelques bonnes pratiques facile à adopter.

La première chose à faire est de parler avec la personne, pour mieux cerner son handicap et pour pouvoir lui apporter l'aider dont elle a besoin. Une personne malvoyante n'a pas besoin de canne, mais elle peut avoir besoin d'aide dès son arrivée.

Lorsque c'est possible, faites venir quelqu'un pour accompagner la personne. Une fois la personne installée en salle d'attente, pensez à la prévenir si son attente se prolonge. Et quand viendra son tour, peut-être qu'elle aura besoin que vous veniez la chercher pour la guider. Lors d'une consultation, quelque soit la spécialité, l'accueil d'une personne déficiente visuelle se fait en ayant à l'esprit quelques précautions simples : présentez-vous à la personne, effleurer sa main avant de la serrer, pour vous rendre en salle d'examen, proposez-lui votre bras ou votre épaule, expliquez-lui le trajet que vous allez emprunter.

Pendant l'examen, dites-lui très naturellement et à voix haute, les gestes que vous allez faire. Et après la consultation, vous pouvez envoyer les résultats par e-mail à la personne en les dactylographiant. Ils seront plus facilement consultables. Lorsqu'une personne malvoyante est hospitalisée, la personne référente du service est là pour aider l'équipe médicale à l'accueillir, en rappelant quelques petites gestes simples mais qui changent tout. Si possible l'installer dans la chambre la plus facile d'accès, lui poser quelques questions pour connaître son handicap visuel, lui faire visiter sa chambre pour qu'elle prenne ses repères, se présenter en entrant dans la chambre, lui faciliter son repas, éviter de déplacer ses affaires... En plus de ces quelques petites attentions, les personnes déficientes visuelles apprécient, lorsque c'est possible, que ce soit les mêmes personnes qui s'occupent d'elles.

Bien accueillir les personnes déficientes visuelles, c'est notre affaire à tous, nous, professionnels de santé. Leur parler, leur demander ce qu'elles souhaitent ou ce dont elles ont besoin, c'est la première chose à faire la plus simple et la plus humaine. Adopter en plus, les quelques petites habitudes que nous venons de voir est facile et peut énormément les aider.