Emploi

Facteur essentiel d'une intégration sociale réussie, source d'une véritable indépendance et réel motif de satisfaction personnelle, l'activité professionnelle représente un aspect fondamental de la vie de tout citoyen. Néanmoins, aujourd'hui encore, l'accès à l'emploi demeure un parcours difficile et complexe pour les personnes handicapées et notamment déficientes visuelles. 
En France, plus de la moitié des personnes handicapées visuelles sont au chômage. A ce chiffre alarmant, s’ajoute le fait que le nombre de demandeurs d’emploi handicapés a augmenté deux fois plus vite que celui de l’ensemble des demandeurs d’emploi ces dernières années (en 2012 + 17,2 % contre 8,6 % selon l’Agefiph et le FIPHFP). 
La Fédération des Aveugles et Amblyopes de France fait donc de l'emploi des personnes aveugles et malvoyantes une de ses priorités. 

Insertion et maintien en emploi

Les personnes aveugles et malvoyantes sont confrontées à des problèmes et difficultés tant en milieu ordinaire...:

  • Suppression des catégories de handicap prévue dans la loi du 11 février 2005 (plus discriminante à l’égard des handicaps lourds)
  • Faible niveau de formation des personnes déficientes visuelles
  • Disparition de métiers traditionnellement occupés par les personnes déficientes visuelles
  • Défaut d’accessibilité des logiciels métiers

...qu’en milieu protégé :

  • Le désengagement progressif de l’Etat du financement des Entreprises Adaptées a induit : une forte baisse des aides aux postes
  • Peu d’emplois accessibles aux personnes déficientes visuelles
  • Une concurrence exacerbée avec les entreprises du milieu ordinaire

L'étude sur l'employabilité des personnes déficientes visuelles, demandée par la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France et réalisée par le laboratoire d'Economie de l'Université d'Orléans atteste de l’ensemble des difficultés évoquées. Publiée en 2013, cette étude témoigne des nombreux progrès qui restent à réaliser afin que les personnes déficientes visuelles aient accès à l'emploi au même titre que n'importe quel autre citoyen. 

Notre positionnement

La Fédération des Aveugles de France rappelle que la loi du 11 février 2005 portait déjà en  son sein la nécessité de développer l’emploi des personnes déficientes visuelles. La Fédération exige ainsi que soient respectés les engagements compris dans cette loi :

  • Tout emploi doit être ouvert aux personnes déficientes visuelles sans discrimination, de quelque sorte que ce soit.
  • L’ensemble des formations, qu’elles soient initiale, continue ou professionnelle doit être ouvert aux personnes déficientes visuelles. Ces dernières, actrices de leur projet de vie, doivent pouvoir suivre la formation de leur choix, sans discrimination.
  • L’accessibilité des outils numériques, bureautiques ou professionnels des employeurs doit être pensée en amont et réfléchie à l’aune de leur obsolescence rapide. Il en va de même des documents et outils numériques des organismes de formation. 

Au-delà de ces principes avec lesquels la Fédération est en parfait accord, certains points doivent être améliorés par les pouvoirs publics pour favoriser le maintien et l’insertion en emploi des personnes déficientes visuelles :

  • Un travail autour de l’orientation scolaire et professionnelle des jeunes déficients visuels doit être engagé. La Fédération des Aveugles de France a commandé une recherche dans cette direction. L’objectif à atteindre est de permettre un niveau de formation initial plus élevé pour les jeunes déficients visuels et surtout en adéquation avec les besoins du marché du travail.
  • L’accessibilité des formations doit être développée : documents pédagogiques, examens. L’accès aux formations en alternance doit être encouragé afin de permettre une première expérience en emploi. 
  • Une plus grande sensibilisation des employeurs afin de mieux les informer tant sur la déficience visuelle et ses conséquences que sur l’ensemble des moyens de compensation permettant une pleine intégration professionnelle.
  • La révision de la lourdeur du handicap par la mise en place d’une proportionnalité entre obligation d’embauche et taux de lourdeur du handicap.
  • Les solutions et actions portées par la Fédération

Nos actions et solutions

Afin de lever ces freins à l’emploi, la Fédération entend rappeler la nécessité de faire respecter la loi quant à l’obligation d’accueillir des personnes handicapées et s'implique également pour mettre en œuvre des actions concrètes :

  • Travailler sur l’adaptation des postes de travail (bilans ergonomiques, locomotion, orthoptie…)
  • Favoriser l’émergence de nouveaux métiers accessibles
  • Former les Ressources Humaines et les salariés à accueillir ou travailler avec un collègue déficient visuel